Le grand détournement, La classe américaine de Michel Hazanavicius(1) (1993).

« Ce film est un chef d’œuvre hilarant, une extraordinaire parodie des plus grands films américains du XXème siècle, un assemblage de plusieurs morceaux de films aux dialogues « revisités » et refaits. Le résultat donne une seule et unique histoire, un seul et unique film, j’ai nommé Le grand détournement ou La classe américaine.

Quelque part entre la South America et l’Australia, dans l’Ocean South Pacific, dans l’atoll de Pom Pom Galli, Georges Abitbol, l’homme le plus classe du monde (John Wayne) meurt et dit « monde de merde » juste avant de mourir. Des journalistes, le chauffard Dave (Paul Newman) et le duo Pétaire (Dustin Hoffman) et Stévaine (Robert Redford) enquêtent sur sa mort et sur ses dernières paroles, interrogeant alors toutes ses anciennes connaissances du Texas. À travers une série de flashbacks potaches et hilarants avec d’anciens amis ou ennemis de Georges Abitbol (James Stewart, Robert Mitchum, Franck Sinatra, Henry Fonda) ils découvriront qu’il n’avait pas vraiment la classe que la légende lui attribuait.

Ce flim est évidemment un remake du célèbre Citizen Kane d’Orson Welles et rend hommage aux films américains :
Les hommes du président (avec Robert Redford et Dustin Hoffman) ;
Détective privé (avec Paul Newman)
et j’en passe… surtout des westerns et autres films de James Stewart et John Wayne, notamment celui détourné au début où Wayne joue le rôle d’un capitaine américain venu libérer des otages anglais en Chine communiste…

Je l’admets, ce flim est énormément vulgaire, mais il est néanmoins excellent et je ne peux que vous le conseiller. »

Élie Claustre, 4èmeJO

(1)Il a également réalisé la série des OSS 117 et plus récemment The Artist tous les deux avec Jean Dujardin.